Un océan de polars

Tous les enregistrements
LA FILLE DU TRAIN Paula HAWKINS The girl on the train, Doubleday, 2015. Traduction française de Corinne Daniellot pour Sonatine Editions, 2015. 380 pages. 21€.

Les éditions Sonatine ont une fois de plus eu du flair pour dégotter ce passionant thriller, où le rythme du train de banlieue (de Londres) relie ces personnages au train-train quotidien. Rachel, dévastée, alcoolique, qui ne s'est jamais remise de sa séparation avec Tom, contemple chaque matin et chaque soir, de son compartiment sur rails, son ancienne maison du bonheur, le leur. Depuis, elle a quitté cette maison pour une autre, située dans la même rue. Chaque jour, elle observe le petit pavillon où un couple - elle les appelle Jason et Jess - lui rappelle les belles années avec Tom. Pas de doute, voici un couple amoureux, solide, parfait.

Mais un matin, elle s'aperçoit que l'inconnue familière, dont elle est persuadée connaître les habitudes, les manies, n'est plus avec son mari: il y a même un autre homme chez elle, et elle les a vus s'embrasser. Troublée, elle cherche à en savoir plus. Jusqu'au jour où elle découvre que Jess - Megan de son vrai prénom - est portée disparue. Tout le quartier, toute la commune s'en inquiète déjà, par tabloïds et médias interposés. Rachel, elle, veut aller plus loin. Elle se lance donc dans une sorte d'enquête, son enquête. Elle va s'avérer dévastatrice à plus d'un titre.

Roman aux frontières de l'obsession, de la paranoïa et de la psychologie, polar hitchcockien pour tout dire, la jeune auteur britannique Paula Hawkins nous transporte dans un univers très actuel, où le voyeurisme tient toute sa place, comme dans Fenêtre sur Cour ou dans le Meurtre mystérieux à Manhattan de Woody Allen.

Fort!